The MIGHTY MOE Video • Pierre Fournet

Chose promise, chose dûe : les sections de #theMightyMoeVideo continuent de pleuvoir sur le web et après la part d’Aymeric Nocus il y a deux semaines (à voir ici), c’est au tour de celle de Pierre Fournet d’apparaître en streaming sur les internets.

A cette occasion, les deux zozos susmentionnés ont échangé quelques mots, au sujet du projet mais également du skate à Blois en général ; voici la conversation qui en a résulté. Bonne lecture & bon visionnage !

___

Aymeric : Peux-tu te présenter vite fait ? D’où viens-tu, comment as-tu découvert le skate, dans quel contexte, avec qui ; tes premiers spots…

Pierre : Yo, moi c’est Pierre Fournet, ou Pierre Fournet pour les intimes. J’ai 20 ans, et je vis à Blois. Je viens de Saint-Aignan-Sur-Cher, un petit village à trois quarts d’heure de Blois.

J’ai découvert le skate jeune ; les premiers tricks que j’ai vu, c’était à Pau, sur un chouette spot, j’ai demandé à mon père ce que les gars avaient sous les pieds : un « skateboard », apparemment… Vint alors mon premier « Papa, Maman, je voudrais un skateboard » ; c’est pas passé first try, malheureusement… J’avais genre 7 ans.

aymeric-nocus-pierre-fournet-themightymoevideo-filming-fondation-du-doute-blois

Wheeling 360 flip out. Photo : Marco Almeida

J’ai dû attendre 4 ans de plus avant de faire vraiment du skate. A Saint-Aignan, il y avait genre 5 skaters quand j’ai débuté et aucune structure prête à accueillir la pratique, on se débrouillait en skatant dans ma rue, il y avait un grand plan incliné où j’apprenais le ollie… J’ai commencé en regular, et je poussais mongo, la double honte quoi ! Un gamin qui skatait un peu m’a dit qu’on ne skatait jamais avec le pied droit à l’arrière et je suis donc devenu meilleur, euh, goofy, pardon.

L’année d’après, un skatepark s’est monté au sein d’une ville adjacente, j’y passais tous mes week-ends avec les skaters plus vieux et les gamins de mon âge ; les vieux qui avaient l’air « cool » étaient en fait de vrais dictateurs, on a du apprendre à la dure, et je les en remercie maintenant – j’ai passé deux ans à faire des ollies, des shove-its et des wheeling shove-it en gros. Après ça, j’ai skaté deux, trois mini gaps, et des manny pads…

Aymeric : Te souviens-tu de la première fois où tu as skaté à Blois ? Quels sont les premiers skaters blésois que tu as rencontré ? Saurais-tu décrire ce que tu as ressenti à l’époque ? As-tu senti que tu devais t’intégrer, quelque chose t’a-t-il intrigué ou inspiré en particulier ?

Pierre : Je me souviens de ma première session à Blois, il y avait pas mal de monde, en tout cas à mes yeux à l’époque, genre plus de 10 skaters, quoi.. J’avais rencontré Tyo, aka. Elliott (et pas l’inverse) et Nicolas Gallo : jamais entendu des gars gueuler autant, depuis…

Je me souviens qu’ils m’avaient impressionné : ils faisaient des lignes infinies et tentaient des hammers quand ils n’avaient plus de jambes, pas très malin, mais passons. Il y avait des jeunes de mon age, ils m’avaient emmener à la Halle aux Grains, j’avais fait péter l’alcool à 90 degrés en rentrant : laisse tomber, je ne me souviens plus des gars, ils ne skatent plus de toute façon… Et j’ai toujours été très sociable, je ne me suis jamais soucié de mon intégration, de toute façon je suis là donc ils n’ont pas le choix…

pierre-fournet-wheeling-body-varial-halle-aux-grains-blois-mighty-moe-skate

Wheeling. Photo : El Blondo

Aymeric : Quelles ont été tes premières vidéos de référence ? Tu m’as déjà évoqué les vieilles vidéos Mighty Moe, entre autres ? Et sinon à part celles-là, lesquelles ?

Pierre : La première vidéo de skate m’ayant vraiment motivé était la « All Boat City » ! Al’ bat’, je commençais le skate quand je l’ai découverte. Des frâlés de Blois qui skatent n’importe où, n’importe comment mais avec le pur style du terroir, j’étais genre « quoi, à Blois, mais non, c’est possible, campagne et skate ? ».

Je ne te raconte pas quand j’ai rencontré Scordi, Mouss et Alioch la première fois, j’avais la culotte humide, enfin bref !

A côté de ça, beaucoup d’autres vidéos m’ont inspiré : la Almost « Round 3 » puis les autres Mullen VS. Daewon, la « Cheese and Crackers », en fait C.R.D : Chris (Haslam), Rodney (Mullen), Daewon (Song), j’étais grand fan ! Après, les vidéos Crailtap : « Yeah Right », « Fully Flared », plus tard la « Pretty Sweet ». Les « Sorry » de chez Flip, Toy Machine « Welcome to Hell », Zero « Misled Youth », dans le désordre évidemment parce que j’ai une mini mémoire.

Aymeric : Veux-tu nous toucher quelques mots au sujet de Sound Of Street ?

Pierre : Sound of Street (@soundofstreet41 sur Instagram), c’est l’asso de skate de Blois dont j’ai repris la direction il y a un an, en fait j’entamme la deuxième année sur les chapeaux de roues actuellement, ahah ! On y trouve les anciens : Scordi, Mouss, Tyo, David, Badi, toi, mais aussi des plus jeunes, j’essaie d’impliquer Yohan, Marco et Pichol, ça semble leur plaire de m’aider et ça fait plaisir, notre but c’est de faire bouger le skate à Blois et d’avoir un endroit où skater en hiver ; on se débrouille bien et on entretient les nouvelles générations, c’est super agréable !

Ollie over, 2016. Photo : El Blondo

Aymeric : Comment t’y prends-tu pour casser tant de boards ?

Pierre : J’ai passé le cap des 100 planches cassées. Y’a pas de secret – dans l’ensemble avec les pieds, mais parfois avec les fesses.

Aymeric : Es-tu satisfait de ta part ? On l’a filmée dans des conditions parfois précaires, dans un laps de temps limité, voire carrément sous la pluie… Que retiens-tu de cette expérience ?

Pierre : Je trouve ma part cool, mais je me suis beaucoup diversifié ces derniers temps et je pense pouvoir apporter d’autres choses à une vidéo. Elle est, malgré tout, très représentative des sessions street blésoises de l’année passée. Les tricks retournent pas le cerveau mais les conditions de filming étaient dures : pluie, créneaux d’une heure pour skater à midi, jambes froides, session à deux dans l’ensemble – pas le top pour trouver la motiv’, mais on l’a fait et j’en garde de bons souvenirs. J’en retiens juste qu’on prendra plus le temps à l’avenir, haha.

Démo de ollie lors du contest House of Board 2017. Photo : Tom Gerrier

Aymeric : Veux-tu bien nous résumer, dans les grandes lignes, ton rapport à Mighty Moe ?

Pierre : Je bosse au « local shop » (Mighty Moe, donc) depuis maintenant un an et ils me sponsorisent, je suis très reconnaissant envers Domi et Jeannot car ils m’ont embauché à un moment où j’avais besoin de stabilité et le travail m’a aidé à la trouver. Big up !

Aymeric : Street ou park ? (haha, question piège…)

Pierre : Fondamentalement, je suis beaucoup plus partant pour faire des grosses sessions street, or la scène blésoise déborde surtout de motivation pour skater au park, donc, n’étant pas fan des sessions en solo, je me range au park…

Aymeric : Quels sont tes projets (skate ou non), pour les années à venir ?

Pierre : Pas de projets particuliers, si ce n’est faire bouger l’asso au max, skater à fond, sortir une nouvelle part, faire des soirées mémorables et me faire plaisir au maximum.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mentions Légales ©2018 Mighty Moe

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?